Quand le coronavirus impacte sur les matières premières

Coronavirus ne se limite pas au niveau de la santé. Il attaque d’autres domaines, notamment les marchés. Ce n’est donc pas étonnant si les matières premières continuent à souffrir des effets négatifs de cette épidémie. Ils se résument généralement par des chutes boursières ainsi que des fluctuations des cours des matières premières.

Les mesures prises vont même jusqu’à la limitation de la circulation des biens et des personnes. Les acteurs des matières premières constatent alors d’importantes fluctuations au niveau des coûts du pétrole, à compter du début de l’année 2020. Ils atteignent le haut sommet de 69 dollars par baril les premiers jours de l’année pour chuter jusqu’à 53 dollars en début février. Cette importante chute s’explique par les peurs de la propagation de l’épidémie.

Le marché du pétrole fait alors partie des domaines les plus touchés par le coronavirus et ses conséquences négatives. Les cours continuent à chuter, suite au fait que l’épidémie commence à gagner de l’ampleur en dehors  de Chine. Cette situation constitue sans doute un vrai frein au développement économique mondial.

Le Brent de la mer du Nord serait livré à 56,42 dollars par baril en avril, ce qui correspond à une baisse de 3,54 %. Tandis que le baril américain vaut 51,52 dollars.

Vous aimerez aussi...